RAPPEL GRATUIT
Tél.*
Je suis : Un ParticulierUn Professionnel

FrenchMap

Recevez  jusqu'à
3 devis GRATUITS en Expert comptable



*
*
*
*


Choisir son prestataire


Expert comptable

 

Bien souvent, l’expert comptable occupe le statut de profession libérale et travaille dans un cabinet, seul ou regroupé avec d’autres experts comptables. La principale mission d’un expert comptable est d’appuyer et de conseiller une entreprise lors de la clôture des comptes et de l’audit des comptes. Ainsi, les entreprises possédant leur propre comptable sont amenées en fin d’exercice à consulter un expert comptable lors de l’édition des comptes annuels. Cependant, l’expert comptable peut être salarié d’une entreprise sous le statut de cadre et être un conseiller quotidien des dirigeants d’entreprise.

Le métier d’expert comptable est accessible après 8 années de formation post-bac. En effet, après le diplôme en master (diplôme supérieur de comptabilité et gestion, DSCG), un stage d’une durée de trois ans est a effectué avant d’obtenir le diplôme d’expert comptable (diplôme d’expertise comptable, DEC).

Les experts comptables sont regroupés au sein de l’ordre des experts comptables (OEC), placé sous la tutelle du Ministère des Finances. On estime en France le nombre d’expert comptables inférieur à 20 000.

De plus, il est a noté que de nombreux experts comptables (environ 90 % des experts comptables) sont également commissaire aux comptes. Il suffit pour cela qu’ils soient inscrits auprès de la cours d’appel.

Le recours à un expert comptable pour une entreprise est très fréquent. En effet, en fonction de la mission confiée à l’expert comptable, ce dernier peut être amené à intervenir de manière ponctuelle ou récurrente.

Ainsi, une entreprise peut décider de confier diverses tâches à un cabinet d’expert comptable : cela peut aller de la tenue de la comptabilité au quotidien à la vérification et l’édition des comptes annuels de l’entreprise. De plus, l’expert comptable s’avère être un véritable conseiller pour son client. Une relation de confiance est donc indispensable entre les différents acteurs de l’entreprise et l’expert comptable.

En marge de ses missions principales (édition des comptes), l’expert comptable, peut épauler les entreprises, artisans ou commerçants, sur de nombreuses autres missions, comme par exemple la création de fiches de paies, les déclarations fiscales, la création d’outil de gestion, les déclarations sociales, etc.

En fonction de la taille de la société, l’externalisation complète de la comptabilité auprès d’un cabinet d’expert comptable peut s’avérer plus rentable que l’embauche d’un comptable, salarié de l’entreprise. 

 

Commissaire aux comptes

 

Le commissaire aux comptes a pour mission de contrôler les comptes annuels d’une entreprise. Il vérifie l’exactitude, la régularité et la sincérité des comptes de l’entreprise. Ainsi, la nomination d’un commissaire aux comptes est obligatoire pour les sociétés anonymes et les SARL et EURL ayant un chiffre d’affaires supérieur à 3 100 000 €n ou un bilan total supérieur à 1 550 000. Ce dernier procèdera à un audit financier. Le commissaire aux comptes (CAC) se doit de signaler toute anomalie repérée dans les comptes de l’entreprise.

En fin d’audit, le commissaire aux comptes rédige un rapport dans lequel il exprime ses conclusions sur les comptes et le patrimoine de l’entreprise. Son avis peut être exprimé de trois manières : certification sans réserve pure et simple, qui signifie que la comptabilité de l’entreprise est conforme aux normes et reflète l’état réel de l’entreprise, certification avec réserve, qui signifie que certains points sont non conformes sans pour autant justifier le refus de certification intégral  et refus de certification, qui signifie que les comptes de l’entreprise ne sont pas conformes aux normes comptables et ne reflètent pas la situation de l’entreprise.

Les commissaires aux comptes sont nommés pour une durée de 6 exercices. On distingue les commissaires aux comptes titulaires et les commissaires aux comptes suppléants, remplaçant des commissaires aux comptes titulaires. Il est à noter que le commissaire aux comptes est nommé par l’assemblée générale ordinaire de l’entreprise parmi la liste de commissaires aux comptes consultable auprès des greffes des Tribunaux de Commerce et ou Cours d’Appel.

Le métier de commissaire aux comptes, comme le métier d’expert comptable est accessible après 8 années post bac. Ainsi, après l’obtention du diplôme d’expert comptable, il est possible de s’inscrire à une compagnie de commissaires aux comptes, ou d’obtenir suite à un master le certificat préparatoire aux fonctions de commissaires aux comptes (CPFCAC).

De plus, on observe que 90% des experts comptables exercent également la profession de commissaire aux comptes. Cependant, un expert comptable ne peut être désigné commissaire aux comptes d’une société pour laquelle il a édité des documents en tant qu’expert comptable. 

 

Auditeur

 

Le métier d’auditeur consiste à fournir une analyse détaillée et impartiale de l’entité auditée. L’auditeur peut être interne, et ainsi opérer au sein de l’entreprise à laquelle il appartient ou externe, et ainsi intervenir dans une entreprise à laquelle il n’appartient pas. L’auditeur observe méticuleusement tous les processus de l’entreprise et les documents émis et se doit de mentionner toute anomalie ou irrégularité. Le regard de l’auditeur est très utile dans le processus d’amélioration de l’entreprise.

L’auditeur, qu’il soit interne ou externe, peut être spécialisé dans un domaine de compétences. Par exemple, un auditeur financier portera son analyse sur la comptabilité et la gestion de l’entreprise, ou encore un auditeur social portera son regard sur la gestion des ressources humaines.

Le métier d’auditeur interne se retrouve généralement dans les grandes entreprises ou dans les grands groupes disposant d’un service d’audit. Quant aux auditeurs externes, ils exercèrent leur activité au sein de cabinet d’audit.

Le métier d’auditeur, interne comme externe, est accessible après une formation en bac +5, telle qu’une école de commerce ou un master en finance, en comptabilité ou bien encore en gestion.

L’auditeur rédige à la fin de l’audit un rapport qui a pour principale vocation d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise. En effet, en observant scrupuleusement tous les processus de l’entreprise, l’auditeur peut déceler les faiblesses, disfonctionnements, pertes de temps ou de productivité de l’entreprise et ainsi proposer des solutions pour y remédier.

L’audit est donc une étape indispensable pour améliorer la productivité et le fonctionnement d’une entreprise.

 

Auditeur à la Cour des comptes

 

Le métier d’auditeur à la Cour des comptes est similaire au métier d’auditeur interne ou externe, à la différence que l’auditeur à la Cour des comptes pratique l’audit uniquement auprès des entités publiques (administrations publiques, entreprises publiques, Sécurité Sociale,…). Ainsi, l’auditeur à la cours des comptes établit un diagnostic de l’entité dont il est en charge. Il observe les divers processus ainsi que les comptes et signale toute anomalie. L’auditeur à la Cour des comptes dépend de la Cour des comptes. C’est d’ailleurs la Cour de comptes qui édite à l’issue de l’audit un rapport sur l’entité auditée.

Le métier d’auditeur à la Cour des comptes est accessible après un diplôme à bac +5, de type grande école de commerce ou ENA.